Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Jeunesse Communiste Paris 15

Jerónimo de Sousa, SG du PCP, rencontre la communauté portugaise de Paris. Compte-rendu de la JC Paris 15.

5 Juin 2015 , Rédigé par JC Paris XV Publié dans #Solidarité internationale, #Actualité

Jerónimo de Sousa, SG du PCP, rencontre la communauté portugaise de Paris. Compte-rendu de la JC Paris 15.

En vue des élections législatives et présidentielles qui se tiendront en septembre et octobre prochains, Jerónimo de Sousa, secrétaire général du Parti communiste portugais s’est déplacé, samedi, à Puteaux en région parisienne pour rencontrer la communauté portugaise, notamment les militants du secteur associatif. Cette rencontre avait pour objectif de discuter des problèmes auxquels sont confrontés les Portugais émigrés et de les intégrer à la plate-forme électorale définitive du PCP (dont les grandes lignes ont été dévoilées le 26 mai dernier).

Parmi les thèmes discutés, celui du manque de reconnaissance des immigrants portugais tant par les gouvernements français que portugais a été le plus récurrent. Jerónimo de Sousa a identifié cette situation comme corollaire des coupes successives dans les services publics et la «déresponsabilisation de l’État», produit des gouvernements successifs depuis 40 ans.

Pourtant, le problème est bien réel: ce sont 128 000 Portugais qui ont choisi de quitter leur pays en 2013, et leur nombre ne cesse de croitre année après année.

C’est donc pour cette raison que, dans un premier temps, le Secrétaire général du PCP a entrepris de rappeler les problèmes auxquels sont confrontés quotidiennement le peuple portugais, principale cause du taux d’émigration galopant.

Ces quatre dernières années, environ 400 000 emplois ont été supprimés, gonflant le taux de chômage à 14%. En conséquence, les chiffres officiels estiment qu’il existe 2,5 millions de pauvres ou en voie de le devenir. À tout ça il convient d’ajouter les coupes de salaires, dans les pensions de retraite, dans les services sociaux, etc. Et comme partout, ce sont les jeunes qui en sont le plus durement touchés.

Cette situation n’est pas un «châtiment divin», pour reprendre les termes du dirigeant communiste. Ce n’est pas non plus parce que les Portugais auraient vécu «au-dessus de leurs moyens», gonflant ainsi la dette publique du pays, que toutes ces coupes budgétaires ont été appliquées. Il s’agit au contraire d’une politique concrète et concertée de la part des gouvernements successifs qui s’est avérée de plus en plus dure à partir de la signature du «pacte d’agression» voulu par la Troïka il y a quatre ans.

Malgré le rôle important de la Troïka et de l’UE dans ce processus, Jerónimo de Sousa a insisté sur l’analyse du PCP qui affirme que la plus grande part de responsabilité incombe au gouvernement portugais, contrairement à ce que prétendent certains. D’ailleurs, les politiques du mémorandum continuent à être appliquées malgré le fait que celui-ci soit arrivé à échéance il y a près d’un an.

Quant à l’atteinte de son objectif principal, soit éviter la banqueroute du pays, l’hypocrisie des dirigeants est à souligner. La signature du pacte d’agression n’a fait qu’empirer les choses: le Portugal est, aujourd’hui plus que jamais, dépendant et endetté. Depuis 2008, ce sont 160 milliards d’euros qui ont été alloués dans le paiement des seuls intérêts de la dette. À cette somme s’ajoutent les millions d’euros alloués aux plans de sauvetage des différentes institutions financières.

Ensuite, le camarade de Sousa a étayé les grands axes du programme du PCP pour les élections prochaines, soulignant qu’elles auront un impact des plus importants pour l’avenir du pays. En effet, le Portugal se trouve confronté à un dilemme: « poursuivre une politique qui mène au désastre » ou opter pour une autre voie afin de « rompre avec cette politique ».

Pour le PCP, il ne fait aucun doute que la seule façon de se sortir de cette situation intenable passe par une rupture avec cette politique de droite au service de l’UE et des grands groupes financiers. Les communistes revendiquent donc une opposition de front, une politique au service du peuple, des travailleurs et qui sera porteuse des valeurs de la Révolution d’avril.

Elle passe entre autres par une renégociation de la dette, par la défense des acquis sociaux, des salaires et des pensions de retraite, par la défense des droits constitutionnels comme le droit à l’enseignement public et gratuit (y compris pour les Portugais résidant à l’étranger) ainsi qu’à la santé. Un autre point important de cette politique consiste en l’investissement public dans les secteurs productifs de l’industrie nationale plutôt que de l’offrir en cadeaux aux banques et aux grands groupes monopolistes.

Concernant la possibilité d’une participation au gouvernement, la position du PCP est claire. Il ne s’agit pas d’une position de principe, mais plutôt de savoir quels intérêts seront pris en compte. Le PCP est prêt à prendre part au gouvernement, du moment que celui-ci travaille dans les intérêts de ceux qui travaillent et de ceux qui ont travaillé. Pour l’instant toutefois, tant le PS que les formations de droite (PSD, CDS, PP) s’entendent sur les grandes lignes et ont une part de responsabilité égale dans la politique de droite incrémentée jusqu’ici. Aucune alliance n’est donc possible.

Cette rencontre a ainsi été l’occasion de prouver que le Portugal peut aspirer à un avenir meilleur; mais sans une rupture de fond avec tous les acteurs coupables de la situation catastrophique que vit le pays, aucune amélioration des conditions de vie des travailleurs et du peuple en général n’est possible. Cette politique de rupture, seuls le Parti communiste portugais et son alliance électorale, la CDU, la portent et quel que soit le résultat électoral, il n’est pas question de s’en soustraire.

«Si on lutte, on ne gagne pas toujours, mais si on ne lutte pas, on est sûr de perdre»; telle a été la conclusion de Jerónimo de Sousa.

Partager cet article

Commenter cet article