Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Jeunesse Communiste Paris 15

1944-2013 : Hommage aux 35 jeunes martyrs de la cascade du Bois de Boulogne

26 Août 2013 , Rédigé par JC Paris XV Publié dans #Histoire

cascade-bois-boul.jpg1944-2013 : Hommage aux 35 jeunes martyrs de la cascade du Bois de Boulogne

 

Article pour http://jeunescommunistes-paris15.over-blog.com/

 

Le 16 août 1945, la libération de Paris a déjà commencé. Courageux, impatients, trente-cinq jeunes résistants décident alors de prendre les armes pour y participer. Face à une défaite imminente, l'occupant allemand ne recule pas devant une barbarie de plus.

 

Ils étaient trente-cinq, âgés pour la plupart entre 17 et 24 ans. Jeunes hommes, jeunes femmes, parisiens, banlieusards, étudiants, lycéens mais aussi mécaniciens, médecins, cheminots, policiers, boulangers.

 

Certains venaient du noyau des Jeunes communistes de Chelles, regroupés dans les Francs-Tireurs et partisans (FTP), d'autres de celui de la Jeunesse chrétienne combattante dans le XIIIe, tous unis dans le même but : participer à la libération de Paris, chasser l'occupant nazi sans attendre.

 

L'insurrection avait déjà été préparée par la CGT clandestine, avec la grève des cheminots le 10 août, suivie de celle des métallos, des travailleurs du métro, des policiers, des postiers. Emboîtant le pas de la classe ouvrière parisienne, les jeunes résistants décident de prendre les armes.

 

Infiltrés par des agents à la solde de l'occupant, ils sont aiguillés vers un point de rendez-vous le 16 août aux environs de la porte Maillot, dans le XVI ème, pour accueillir une cargaison de matériel militaire.

 

Aussitôt arrêtés par la police allemande et par leurs collaborateurs français, ils sont transportés dans leurs locaux avant d'être emmenés à la cascade du bois de Boulogne, secteur militaire interdit aux Parisiens.

 

Leur exécution est barbare. A peine descendus du camion, ils sont mitraillés en enfilade, achevés par plusieurs jets de grenades, victimes encore de l'acharnement des agents de la Gestapo française sur leurs corps agonisants, visibles à leurs cadavres criblés de balles retrouvés le lendemain.

 

Ces trente-cinq jeunes parisiens restent pour nous un exemple vivant. Celui d'une jeunesse française, d'une jeunesse parisienne qui a refusé la résignation, la soumission face à un régime barbare, qui a transformé son indignation en acte de résistance, et en a payé le prix de sa vie.

 

Membres de la JCC, des FTP, de la JC, ils étaient chrétiens, communistes, il y avait « ceux qui croyaient au ciel et ceux qui n'y croyaient pas » mais la diversité de leurs convictions ne fut pas un obstacle mais le moteur de leur unité d'action contre le fascisme.

 

Le sens de leur sacrifice ne doit pas être oublié. La France nouvelle, issue de la Libération, de la Résistance, devait saper les fondations sociales qui avait rendu possible la collaboration, le régime de Vichy, elle devait briser le règne des « féodalités financières », des puissances de l'argent.

 

Le programme du CNR (Conseil national de la Résistance), largement inspiré de celui proposé par les communistes, prévoyaient pour la jeunesse ouvrière, populaire le droit à une éducation publique et gratuite, à la sécurité sociale universelle, le droit au travail et à un logement pour chacun.

 

Nous devons lutter contre les tentatives de récupération de notre histoire, de notre mémoire. En 2007, Nicolas Sarkozy rendait hommage aux 35 de la cascade du Bois de Boulogne au moment où il annonçait son intention de défaire méthodiquement le programme du CNR.

 

Aujourd'hui, c'est l'heure de la revanche pour le patronat. Il peut compter sur des forces politiques toutes d'accord pour remettre en cause notre système de retraites solidaire, la Sécurité sociale universelle, l'accès pour tous à l’Éducation et à la santé, nos grandes services publics.

 

Il peut dans son combat aussi compter sur son meilleur allié, sa roue de secours ultime, l'extrême-droite prête à dévoyer en période de crise le mécontentement populaire vers de fausses solutions réactionnaires, fascisantes, compatibles avec les intérêts du capital.

 

Jeunes communistes parisiens, nous comptons dès la rentrée faire vivre l'héritage des 35 martyrs de la cascade du Bois de Boulogne : menons la résistance contre la politique revancharde du patronat !

Partager cet article

Commenter cet article