Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Jeunesse Communiste Paris 15

50ème anniversaire du massacre de Charonne

8 Février 2012 , Rédigé par JC Paris XV Publié dans #Histoire, #Fascisme

metro_charonne-f1418.jpg50ème anniversaire du massacre de Charonne

 

http://jeunescommunistes-paris15.over-blog.com/


Le 8 février 1962, 9 manifestants anticolonialistes meurent à la station de métro Charonne des suites des charges sauvages de la Police du Préfet Papon.

Parmi eux, 8 communistes (le 9ème allait prendre sa carte) dont deux jeunes communistes du 15ème, Jean-Pierre Bernard, 30 ans, dessinateur aux Télécoms de Vaugirard, secrétaire de la section Pasteur de notre Parti et Anne-Claude Godeau, 24 ans, militante aux Chèques postaux.

Ils participaient à la manifestation, à l’appel du PCF et de la CGT, contre les attentats de l’OAS, l’organisation fasciste des ultras de « l’Algérie française », pour la paix en Algérie.

A quelques semaines du cessez-le-feu, le pouvoir a choisi de perpétrer un véritable crime d’Etat contre les militants et organisations progressistes. Le 17 octobre 1961, sa police avait déjà assassiné, en les poussant dans la Seine, des dizaines de manifestants algériens qui défilaient pacifiquement. Ces meurtres restent, encore aujourd’hui, en partie couverts par le « secret défense ».

Le 13 février, la CGT prend l’initiative d’un mot d’ordre d’arrêt de travail national, suivi par d’autres organisations syndicales. Un million de personnes défilent dans les rues de Paris en hommage aux martyrs de Charonne. L’opinion évolue en faveur d’une fin rapide de la guerre d’Algérie. Le 19 mars 1962, l’ordre de cessez-le-feu est donné.

Comme chaque année, avec autant de force, nous honorons la mémoire de nos camarades. Pour eux, avec la JC et leur parti, dans leur entreprise et dans leur quartier, l’engagement pour la justice sociale, pour le socialisme était indissociable de la solidarité internationaliste, de la lutte contre l’oppression des peuples, contre le colonialisme.

C’est toujours le cas pour nous aujourd’hui.

Notre soutien est total aux peuples en lutte contre les dictatures au service du capitalisme, de l’impérialisme, des formes nouvelles de l’exploitation coloniale, notamment en Tunisie, en Egypte, en Algérie, encore… Notre condamnation est totale des guerres impérialistes,
dont celle d'Afghanistan menée en notre nom.

Comment ne pas penser à Charonne lorsqu’on a entendu, l’année dernière, Mme Alliot-Marie proposer au dictateur Ben Ali le « savoir faire » français en matière de maintien de l’ordre ?

Le combat des manifestants de Charonne pour la paix, pour la liberté, contre les résurgences fascistes, sous toutes leurs formes, n’est malheureusement pas achevé. N’oublions pas !

Partager cet article

Commenter cet article