Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Jeunesse Communiste Paris 15

Accord « compétitivité-emploi »: Non à la précarité pour tous, non au chantage patronal légalisé !

23 Mars 2013 , Rédigé par JC Paris XV Publié dans #Entreprise, #Politique

charbprécAccord « compétitivité-emploi » MEDEF-PS-CFDT

 

Non à la précarité pour tous, non au chantage patronal légalisé !

 

Article-Tract de la JC Paris 15 (http://jeunescommunistes-paris15.over-blog.com/)

 

 

L'accord « Compétitivité-emploi » signé par le gouvernement, le patronat et le syndicat CFDT veut nous faire croire que les intérêts des patrons et des salariés sont les mêmes.

 

Mais la « flexibilité », c'est plus de droits pour les patrons et plus de précarité pour les salariés !

 

Arcelor), Renault, Peugeot, Goodyear : La lutte des salariés pour l'emploi s'oppose partout à la course au profit financier maximal du patronat.

 

Au nom de l' « emploi », le gouvernement veut faciliter les licenciements. Au nom de la « compétitivité », il réclame encore plus de sacrifices à sens unique, pour les travailleurs

 

Au nom de la « négociation », le gouvernement et le patronat veulent faire accepter l'inacceptable. Cet accord dit ANI (Accord national interprofessionnel) n'est pas négociable, il n'est pas acceptable.

 

Faciliter les licenciements, couvrir le chantage patronal : c'est pas acceptable !

 

D'une part, il cherche à faciliter les licenciements. Le plan de licenciements est désormais bouclé en trois mois, il devient très difficile de le contester en justice.

 

Cet accord impose le « Travailler plus pour gagner moins »en donnant une base légale au chantage patronal.

 

Le patron peut faire accepter aux salariés, le couteau sous la gorge, des baisses de salaire, une augmentation du temps de travail. Tout salarié qui refuse est licencié sur le champ !

 

A Renault, le premier accord de type « compétitivité-emploi » a été signé par les syndicats FO et CGC. Résultat, les ouvriers travailleront plus (7% par an), seront payés moins (gel des salaires) et les emplois ne seront pas sauvés : 8 000 seront supprimés d'ici 2016.

 

La banalisation des contrats précaires. Ne nous laissons pas tromper. Si l'accord réglemente les CDD, c'est qu'ils sont reconnus par cet accord. Il s'agit aussi de faire accepter les exonérations de cotisations patronales : le cadeau de 20 milliards d'€ aux patrons de l'automne, c'est l'énorme contrepartie à la petite taxation des CDD.

 

Enfin, la casse de la sécurité sociale. Les complémentaires santé obligatoires prévues pour tout salarié, c'est surtout un cadeau pour les mutuelles et les assurances privées. C'est surtout faire accepter l'idée que la Sécurité sociale est du passé, que les déremboursements vont continuer.

 

« Contrats d'avenir », « contrats de génération » : la précarité pour tous, c'est non !

 

Cet accord nous concernera tous, jeunes comme vieux. En tant que jeunes travailleurs, la précarité est notre quotidien – entre 15 et 25 ans, nous sommes un sur deux à être précaire. Une raison de plus pour s'opposer à ce que cela devienne notre horizon indépassable.

 

Le projet du gouvernement pour la jeunesse, c'est les « Contrats d'avenir » : des contrats temporaires au SMIC dans le secteur public plutôt que des embauches de fonctionnaires avec sécurité de l'emploi et salaire décent.

 

C'est aussi les « Contrats de génération » : des contrats aidés ... pour les patrons, sans formation qualifiante pour les jeunes et surtout financés par l'argent public. Un cadeau et une aubaine pour les entreprises qui auraient quand même embauché ces jeunes !

 

Pas question d'accepter cette régression sociale : ce n'est pas par la « négociation sociale » a priori que nous avons obtenu des droits, c'est par la lutte, en forçant le patron à « négocier » sur nos conditions.

 

 

Nous exigeons:

 

  • Retrait du projet de loi issu de l’ « Accord national interprofessionnel » signé entre gouvernement, patronat et des syndicats minoritaires comme la CFDT;

  • Fin des « contrats-jeunes »: contrats d’avenir ou de génération qui nous ramènent à un avenir de précarité;

  • Création massive d’emplois dans le secteur public, embauche sous le statut de fonctionnaire;

  • Interdiction des contrats précaires dans le public comme dans le privé: CDD, missions d’intérim, stage bidon; le CDI pour tous dans le secteur privé;

  • Des moyens pour notre éducation et notre formation: de l’argent il y en a pour la guerre au Mali ou les cadeaux fiscaux au patronat, donnons-en à nos lycées généraux et pro, nos CFA, nos facs, nos IUT

La manif du 5 mars n'est qu'un début, il faut que notre colère contre cette politique de casse sociale monte d'un cran : la colère des ouvriers licenciés, des smicards appauvris, des fonctionnaires menacés, des jeunes travailleurs précarisés, des étudiants et des lycéens à l'avenir sacrifié.

 

A nous de descendre dans la rue pour défendre nos droits, notre protection sociale : la lutte continue pour imposer une autre politique !

 

 

avant-gardeEncadré 1 : Le journal de la JC 15 - « L’avant-garde du 15 ème », numéro 1

 

Depuis 3 ans la JC 15 s’est reconstituée, depuis le mois de février, elle a son journal. Dans l’Avant-garde du XV: analyses politiques sur la situation nationale et internationale; luttes dans les lycées, entreprises et quartiers du XVème; enfin compte-rendu de nos initiatives.

 

Le journal est disponible au prix de 0,50 auprès de nos militants. Tu peux aussi t’y abonner. Au sommaire du numéro 1:

 

  • INTERNATIONAL: Non à l’intervention de la France au Mali

  • LUTTES: Peugeot-Renault: contre les licenciements, pour la nationalisation!

  • HISTOIRE: Jeunes du XVème morts pour la liberté, contre la guerre d’Algérie (Charonne) et contre l’occupation nazie (Buffon)

  • ENTREPRISES XVème: A la RATP, les jeunes disent Non à la précarité et aux pressions

  • INITIATIVE JC 15: Luttes étudiantes en Amérique latine et au Québec, des leçons enrichissantes

 

Partager cet article

Commenter cet article