Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Jeunesse Communiste Paris 15

ARCELOR, PSA, RENAULT: même combat! Contre les plans de licenciement, pour la nationalisation

29 Janvier 2013 , Rédigé par JC Paris XV Publié dans #Entreprise

flins-alnay.jpgARCELOR, PSA, RENAULT: même combat!


Contre les plans de licenciement, pour la nationalisation!

 

 

Article/Tract de la JC Paris 15 (tract à solliciter: jc.paris15@gmail.com)

 

 

 

PSA, Renault, Arcelor, Goodyear: les mauvais coups pleuvent et le gouvernement joue son rôle de « facilitateur » de licenciements. Le changement, c’est pas pour maintenant!

Ce serait la crise, on peut rien faire: les caisses sont vides, les travailleurs trop chers.

Le chantage à l’emploi devient la norme. A Renault, c’est alignement sur les ouvriers espagnols ou Pôle emploi. Jusqu’à va-t-on aller? Aux salaires des ouvriers Roumains: le SMIC à 157 euros? 

Refusons le discours dominant sur le « coût du travail » quand on sait que les travailleurs de France sont les plus productifs d’Europe. Quand le gouvernement augmente le SMIC de 0,3%!

Dans ses vœux, Hollande annonce sa réforme du travail. Précariser les travailleurs pour sauver l’emploi, « conjurer la peur du salarié d’être licencié et la peur du patron d’embaucher ». Quand le patronat licencie par milliers, un comble! 

C’est le « coût du capital » pas celui du travail, le problème!

Non, nous ne sommes pas trop payés ou trop protégés. Depuis 2005, PSA a engrangé 2,5 milliards d’euros de profit, Renault 10 milliards. La famille Peugeot, seule, a récupéré 1 bon milliard d’euro mis au chaud en Suisse.

La politique du patronat, c’est toujours plus... de profits pour les patrons et de sacrifices pour les salariés!

Comme en Italie avec Fiat, en Allemagne avec Bosch, il ne s’agit pas de tout délocaliser mais d’utiliser la menace pour imposer des reculs historiques sur nos salaires, nos droits, nos conditions de travail.

Refusons ce chantage! C’est faux que nous ne pouvons rien faire comme le prétend le gouvernement.

De l’argent il y en a, alors nationalisons maintenant!

En 2008, Sarkozy a trouvé 7 milliards d’euros pour renflouer PSA, Hollande 2,5 milliards pour Dexia en 2013. Depuis son installation en Lorraine, Mittal a détourné pour 2 milliards d’argent public. Où est passé notre argent? 

De l’argent, il y en a. Pour financer la guerre comme au Mali quand un Rafale coûte 200 millions d’euros, un seul missile 200 000 euros. La guerre a coûté depuis deux semaines au minimum 50 millions d’euros.

Une solution existe pourtant: la nationalisation. Pas seulement des hauts-fourneaux de Florange, mais aussi de Renault et de Peugeot. Ces entreprises nous doivent des milliards, alors nationalisons pour l’euro symbolique!

La manifestation du 29 janvier: une première étape vers la convergence des luttes


Les camarades de PSA-Aulnay à la porte de l’usine Renault en grève à Flins montrent la voie: la convergence des luttes, maintenant, pour mettre en échec l’offensive patronale. A Aulnay, Flins mais aussi à Amiens, Florange, Gémenos et ailleurs!

L’urgence c’est la mise en échec des plans de licenciement. Mais une autre politique industrielle est nécessaire. Pour sauver l’industrie et les emplois en France, faisons monter l’exigence des nationalisations portée par les métallos.

Grâce à la lutte menée par les camarades de la CGT et du PCF, nous avions gagné la nationalisation en 1982.

Ce n’est pas la solution-miracle mais articulée à une politique d’augmentation des salaires, de rupture avec les engagements européens qui ont contribué à la casse de l’appareil productif: nous pouvons sauver les emplois en France.

Les Jeunes communistes soutiennent cette manifestation du 29 janvier comme une première étape dans une lutte qui ne fait que commencer pour nos salaires, nos droits et nos emplois: il y a un avenir pour l’industrie en France!

 

 

PETITION :

Retrait du plan de casse de PSA et de Renault !
Nationalisation de PSA et de Renault !


Face à cette casse de l’industrie orchestrée par le patronat avec l’accord du gouvernement, nous souhaitons une lutte nationale destinée à imposer d’autres choix que ceux qui nous sont proposés actuellement. Nous exigeons :     


-Le retrait pur et simple du plan de « restructuration » de PSA et de Renault.
-Le remboursement des aides publiques reçues.
-La fin de la mise en concurrence destructrice, organisée par l’UE, notamment avec l’euro, entre les travailleurs de chaque pays. Notre peuple a déjà dit NON aux traités européens. Faisons-le respecter !


L’industrie et l’industrie automobile en particulier sont des priorités nationales ! Nous exigeons donc la nationalisation des deux entreprises centrales, ainsi que le retrait des différents plans sociaux destinés à casser les conditions de travail.


Pétition à renvoyer à : JC Paris 15 - 130 rue Castagnary, 75015 Paris.
Ou signature à renvoyer par mail : jc.paris15@gmail.com 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Commenter cet article