Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Jeunesse Communiste Paris 15

De l'argent pour notre éducation plutôt que pour la guerre : une question de priorité !

4 Septembre 2013 , Rédigé par JC Paris XV Publié dans #Education

 

paix lycéeDe l'argent pour notre éducation plutôt que pour la guerre : c'est une question de priorité !

 

Tract de la JC Paris 15

 

Nouvelle rentrée, mêmes problèmes. Au lycée, un manque d'encadrement donc des classes de 30 à 36. A la fac, étudier coûte de plus en plus cher, il faut travailler, et c'est souvent l'échec. Mais où va l'argent qui devrait aller à notre éducation ?

 

L'éducation à plusieurs vitesses à Paris, c'est déjà une réalité. Quelques lycées d' « élite » (qui mènent aux grandes écoles, aux facs prestigieuses) pour une minorité face à une masse de lycées avec une formation au rabais pour la majorité.

 

L'éducation publique, gratuite devrait donner à tous la même éducation, la même formation. Mais il faut lui donner les moyens de fonctionner, fixer les priorités : l'éducation ou la guerre ?

 

La crise, l'austérité … pour l'éducation mais pas pour les marchands de canons !

 

L' « austérité » pour les lycées, les facs ... pendant qu'on dépense sans compter pour faire la guerre sur tous les continents. Au Mali c'est déjà 300 millions d'euros dans les poches des industriels de l'armement.

 

Au Mali, demain en Syrie, nos avions bombardent des civils, font des milliers de morts. Ils coûtent aussi des dizaines de millions d'euros. Qui peut dire après qu'on a pas d'argent pour nos lycées ? De l'argent pour la guerre plutôt que pour notre éducation, c'est un choix politique !

 

  • un avion de chasse Rafale, c'est 150 millions d'euros soit la construction de 100 000 logements universitaires … ou encore le budget de tous les lycées parisiens réunis !

  • un missile de Rafale, c'est 300 000 € pièce, soit 200 bourses échelon 1 du CROUS ;

  • une seule heure de vol, c'est 30 000 €, le salaire annuel de deux nouveaux profs ;


 

De l'argent pour les grandes entreprises plutôt que pour notre avenir


 

20 milliards d'euros, le cadeau du gouvernement aux entreprises avec le CICE (Crédit impôt compétitivité-emploi), c'est un tiers du budget de l’Éducation !Autant d'argent qui ne va pas à l'embauche de personnel en lycée, à des bourses pour étudiants, à l'achat de matériel aux lycées pro.

 

Avec la « loi Fioraso » pour l'université et la « loi de refondation de l'école » pour les lycées : Hollande et le PS ne reviennent pas sur les réformes de Sarkozy, ils vont même plus loin dans la casse de l'éducation publique.


 

Mise en concurrence des lycées, c'est non !


 

C'est déjà le cas à Paris depuis 2008 avec le choix du lycée après la 3 ème qui crée un classement entre établissements, une mise en concurrence qui ne favorise qu'une minorité de lycées. On parle d' « autonomie des lycées », mais c'est déjà une catastrophe à la fac !


 

L'échec à la fac, le problème vient du lycée !


 

1 étudiant sur 2 ne passe pas en seconde année de fac. D'où vient le problème ?Des réformes adoptées en lycée depuis 2008.

 

Des programmes de plus en plus incompréhensibles, moins en moins d'heures dans les disciplines obligatoires, 150 000 enseignants en moins depuis 10 ans, des classes de 36, la suppression à la rentrée de 2 000 surveillants : voilà l'impact des réformes !


 

La galère pour les jeunes profs


 

Depuis plusieurs années, les profs sont envoyés en classe dès la première année sans formation. Cela ne va pas changer. Le ministre va même employer les étudiants qui n'ont pas encore eu le concours … en baissant leur salaire de 400 € !


 

Avec les « emplois d'avenir », des milliers d'étudiants vont être embauchés comme précaires, pour moins que le SMIC. Certains vont faire les surveillants, d'autres peut-être remplaçants de profs. L'exploitation pour ces étudiants et le mépris pour les jeunes profs et les élèves !


 

Heureusement, il y aura de nouveaux cours de « morale laique » et d' « introduction au monde de l'entreprise ». Morale laïque, morale patronale : nous apprendre à bien obéir à l’État, à notre patron, sans trop réfléchir ni critiquer. Même la droite n'avait pas osé !


 

Qu'on nous donne enfin les moyens d'avoir une éducation de qualité, sans remettre en cause sa nature publique, gratuite et universelle :


 

  • rétablissons les 150 000 postes d'enseignants supprimés depuis dix ans ;

  • une politique de soutien scolaire gratuite et publique et un personnel compétent et pour un suivi personnalisé en terme d'orientation après le bac ;

  • refusons un projet de « Loi sur la refondation de l'école » qui ne revient pas sur les désastreuses réformes Châtel et Darcos de casse de l'éducation générale, professionnelle et technique ;

 

Il nous faut donc des moyens pour cette politique, ils existent !

 

  • exiger le retrait des troupes françaises des théâtres d'opération notamment au Mali, la fin de la politique d'intervention armée en Syrie et ailleurs, et la ré-allocation des moyens accordés à la guerre ;

     

  • taxer les bénéfices des grandes entreprises, re-nationaliser celles privatisées depuis trente ans: les banques, EDF-GDF, France Télécom entre autres ;

     

  • réorienter les fonds accordés à l'enseignement privé vers l'éducation publique ;

 

A la rentrée, battons-nous pour une éducation de qualité pour tous. Tous dans la rue le 10 septembre et après, pour mettre en échec ces plans de guerre du gouvernement contre la Syrie, contre les travailleurs, étudiants, lycéens de France. Ensemble, on peut imposer une autre politique. Par la lutte !


 

Encadré 1 : Dans le 15ème, des lycées à plusieurs vitesses ? Non, battons-nous pour une éducation de qualité pour tous


 

Le 15 ème arrondissement comptait 11 lycées en 2012, dont 5 technologiques et 3 professionnels. La plupart ont vu leurs budgets réduits l'an dernier, certains sont menacés de fermeture.


 

Les budgets de Louis Armand, Saint-Lambert, Beaugrenlle, Brassai, Léonard de Vinci ont tous été diminués l'an dernier de 1 à 3%. Celui de Fresnel a été amputé de 20%, après la suppression de l'aide régionale !


 

A la rentrée 2013, il est prévu la fermeture des lycées technologiques Verlomme et professionnel Corbon.


 

Pour le lycée Fresnel, nous avions lutté contre sa casse en 2010 mais la lutte continue, le projet est toujours de supprimer des classes et d'intégrer celles qui restent au lycée Buffon.


 

Pour le lycée Louis Armand, sous prétextes de travaux, il est prévu de fermer le lycée pendant plusieurs années, de déplacer les classes sur plusieurs établissements. Rien n'indique que le lycée rouvrira ses portes en 2016, 2017 dans les mêmes locaux, dans le 15 ème.


 

La situation n'est pas forcément meilleure pour les trois lycées généraux. Camille Sée voit ses résultats baisser depuis quelques années, il souffre de la concurrence introduite par la réforme de 2008 : la sélection des lycées après la 3 ème.


 

En 2013, comme en 2012, battons-nous pour sauver les lycées du 15 ème contre la casse programmée !

Partager cet article

Commenter cet article