Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Jeunesse Communiste Paris 15

Face à Hollande, président des riches, dépasse l'indignation, choisis l'organisation. Le changement de système, c'est maintenant !

18 Janvier 2014 , Rédigé par JC Paris XV Publié dans #Entreprise, #Politique

hollande-couche-medef.jpgEux : 500 super-riches qui s'enrichissent encore sur notre dos

 

Nous : des millions de travailleurs de plus en plus pauvres

 

Merci Hollande, le président des riches !

 

dépasse l'indignation, rejoins l'organisation, préparela révolution!

 

La crise n'est pas pour tout le monde. En 2013, les 500 familles les plus riches ont vu leur richesse augmenter de 25 %, ils accumulent une richesse de 350 milliards d'euros, c'est autant que 40 millions de français, presque 20 % de la richesse du pays. Qui a parlé de démocratie ?

 

Pour les travailleurs, c'est crise, dette, sacrifices. Pour les milliardaires de notre pays, le jackpot. Disons stop ! La politique de Hollande, c'est la continuité de celle de Sarkozy, le bilan, le voilà :

 

Pour les super-riches

Pour nous, travailleurs

+ 25 % de patrimoine en 2012

+ 0,5 % d'augmentation du SMIC

+ 17 % de profits pour le CAC 40

- 0,2 % pour les salaires en moyenne

+ 10 % de millionnaires (2012/2013 : + 30 000)

+ 10 % de chômeurs (2012/2013 : + 400 000)

 

Grâce à Hollande, le président des riches … A cause de Hollande, l'écorcheur de pauvres !

 

- 20 milliards d'euros de cadeaux fiscaux (CICE + pacte de responsabilité)

6 milliards d'euros de TVA anti-sociale

- 30 milliards d'exonération de cotisations sociales (10 milliards de moins en 2014 !)

1,5 million de nouveaux foyers imposables sur le revenu en 2013

+ 0,4 % sur les produits de luxe, + 0 % sur les dividendes, les profits, les revenus financiers

+ 3 % pour les transports, + 5 % sur le tabac, + 30 % pour les boissons énergisantes, + 10 % pour l'électricité

 

La pauvreté s'accroît, elle nous menace tous. A cause des loyers à Paris, des entreprises qui virent à tour de bas, les impôts qui accablent les pauvres et épargnent les puissants.

 

La « soupe populaire », ce n'est pas de l'histoire, ce n'est pas que pour les SDF. Le 1er vendredi du mois, église St-Eustache (à Châtelet) : 500 personnes, des chômeurs, des salariés, des retraités, des jeunes sont venus demander la « soupe » pour survivre. On est un pays riche … peuplé de pauvres !

 

Pendant que chaque mois, Lilliane Bettencourt ou Bernard Arnault engrange 40 million d'euros sans travailler, des millions de travailleurs n'ont pas de quoi boucler leur fin de mois. Ce n'est pas de la crise qu'il faut sortir, c'est du capitalisme qui est la maladie de notre société !

 

Que demandent les jeunes communistes ?

 

Nos propositions sont réalistes, c'est une solution à la crise dans les intérêts des travailleurs :

 

  • Le SMIC à 1 700 € net, augmentation des allocations et des bourses : oui mais est-ce possible ? Bien sûr ! Juste un calcul. 330 milliard d'euros pour 500 super-riches. Si on se répartit cette somme entre 60 millions de Français, on obtient 500 € par mois en plus pour chacun ! De quoi financer notre super-SMIC mais aussi des allocations-chômage, logement, des bourses étudiantes qui nous empêchent d'aller pointer à la soupe populaire !

 

  • La fin des contrats précaires, des CDI pour tous ! c'est une évidence. Aujourd'hui, un jeune sur deux est précaire, 90% des embauches sont sous CDD, stage, apprentissage, intérim etc. C'est la première cause de pauvreté chez les jeunes travailleurs. L'Etat peut faire quelque chose, interdire les contrats précaires : que des CDI dans le secteur privé, la défense du statut du fonctionnaire dans le public. C'est la garantie d'un salaire qui permette de vivre, de la sécurité face au chômage et de l'égalité homme-femme.

 

  • Diminuer les loyers par deux sur Paris, non il n'y a pas de fatalité, c'est possible ! Comment ? D'abord en construisant des logements universitaires, sociaux, il en manque 500 000. Le coût de leur construction : 700 millions d'euros. C'est exactement ce que nous a coûté jusqu'à présent l'intervention armée au Mali. Choisissons nos logements plutôt que la guerre ! Ensuite en imposant non seulement le gel des loyers mais la baisse des loyers. L'Etat peut le faire adopter par décret, les logements vont pas se délocaliser !

 

 

  • La nationalisation des grandes entreprises, une solution à la « crise de la dette » ! ce sont elles qui gouvernent le pays, c'est le CAC 40 dont deux-tiers des entreprises étaient autrefois sous contrôle de la nation. Le CAC 40 a fait 80 milliards de profit en 2012. Si on nationalise ces entreprises et qu'on se répartit les profits, cela peut être de quoi soit obtenir 350 € pour chacun de plus à la fin du mois, ou de quoi résorber tout le déficit, prétexte utilisé pour nous imposer l' « austérité ». Voilà la solution !

 

  • La création d'emplois pour nos services publics : l’État supprime des postes de fonctionnaires depuis dix ans. Or, être fonctionnaire c'est servir la collectivité dans des métiers utiles (profs, infirmières), c'est la garantie pour soi d'un emploi stable, et c'est un débouché pour tous les étudiants en fac, qui galèrent pour leur premier emploi !

 

 

  • La rupture avec l'intégration européenne : oui, il faut rompre avec l'euro pour pouvoir mettre en place cette politique de gauche, en faveur des travailleurs. Oui, il ne faut pas appliquer les directives de privatisation de nos services publics. Oui, il faut rompre avec cette Europe qui monte travailleurs et peuples les uns contre les autres, pour construire non seulement une Europe mais un monde basés sur la coopération entre les peuples et l'échange solidaire ;

 

Quelle société les communistes veulent construire ?

 

  • Notre but, c'est une autre société, le socialisme. Il nous faut rompre avec le capitalisme, vite. Cette société, le socialisme, sera réellement démocratique, car ce serons nous qui contrôlerons les moyens de production de notre existence et non pas quelques monopoles et super-riches. Les formes qu'elle prendra, cela dépend de vous autant que de nous !

 

 

  • Notre moyen, c'est l'organisation communiste. L'indignation est nécessaire mais pas suffisante. Il faut s'organiser en parti pour lutter contre ce système sur les lieux de travail et d'étude, dénoncer l'idéologie dominante, ses diversions racistes et ses illusions. Lutter pour améliorer nos conditions de vie, lutter pour une autre société. Cette autre société, comme dans notre histoire, elle sera le fruit d'une révolution, à nous d'en créer les conditions dès maintenant, rejoins-nous pour construire cette aventure avec nous !

 

 

Partager cet article

Commenter cet article