Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Jeunesse Communiste Paris 15

Journée de la femme: le système capitaliste cherche à diviser pour imposer sa loi, battons-nous pour l'égalité et l'unité!

7 Mars 2012 , Rédigé par JC Paris XV Publié dans #Entreprise

commune-copie-1Journée internationale de la femme du 8 mars

 

 

Le système capitaliste en crise cherche à diviser pour mieux imposer sa loi, battons-nous pour l'égalité homme-femme et l'unité des jeunes travailleurs!

 

 

Tract de la JC Paris 15

 

 

Le système capitaliste s'attache en temps de crise à diviser pour mieux régner, à faire subir l'exploitation la plus dure aux plus vulnérables tout en les stigmatisant comme bouc-émissaires si nécessaire. Ainsi fonctionne-t-il avec les étrangers ou avec les jeunes, précarisés et confinés dans des salaires de misère, ainsi agit-il également avec les femmes.

 

Une jeune femme sur quatre est au chômage (24,7%), et 35% des femmes employées de moins de 25 ans occupent un emploi à temps partiel. Mieux ne vaut pas être une jeune travailleuse actuellement, surtout quand on nous prive de travail !

 

L'égalité des droits a été acquise de dure lutte, l'égalité réelle reste un combat.

 

La possibilité de vivre une vie digne et indépendante s'amoindrit avec des salaires indignes, sachant que les femmes touchent des salaires 25% inférieurs à ceux des hommes, et qu'elles sont 80% des « travailleurs pauvres » touchant moins de 900 euros par mois.

 

La possibilité d'envisager une vie personnelle épanouie, avec une vie de couple équilibrée et du temps pour ses loisirs est minée quand  82% des salariés qui travaillent à temps partiel sont des femmes, avec les horaires chaotiques et les paies minables que cela suppose.

 

Et ce n’est pas fini, les femmes sont les premières attaquées pendant la crise : les premières renvoyées à la maison, les premières à qui on va imposer le temps partiel, les premières à qui on va demander d'arrêter leurs études !

 

Il ne s'agit pas pour nous de monter les jeunes femmes contre les jeunes hommes, d'opposer les jeunes en fonction de leur sexe, mais bien de revendiquer l'égalité réelle entre hommes et femmes, pour construire l'unité de la jeunesse, l'unité des travailleurs pour transformer cette société qui ne crée que la division, l'injustice et la privation comme seul avenir !

 

Depuis 1910 que la Journée de la Femme existe (cf encadré), sous l'impulsion des communistes, la jeunesse communiste est toujours à l'avant-garde de la lutte pour le droit des femmes. Nos revendications sont simples, elles sont applicables dès maintenant mais elles impliquent la rupture avec la logique de ce système qui place les profits avant l'être humain :

 

· égalité des salaires/égalité à l'emploi ; augmentation générale des salaires avec un SMIC à 1 700 euros net pour tous; égalité salariale à  qualification écale; interdiction du temps partiel imposé ;

 

· défense et développement du service public ; création des 120 000 postes d'enseignants supprimés depuis 2002, ainsi que des postes manquants d'infirmières et d'aides-soignantes, alors que le public constitue souvent pour les femmes un rempart contre la précarité. Défense du statut du fonctionnaire ;

 

· droit des femmes à la maîtrise de leur corps ; contraception libre et remboursée à 100%, défense du droit à l'IVG, création de nouveaux centres et défense de ceux menacés ;

 

· défense de la laïcité ; contre tous les intégrismes, d'où qu'ils viennent, et toutes les formes d'avilissement de la condition féminine

 

 

 

8marsURSSEncadré: La journée internationale de la femme et les communistes

 

Peu de gens le savent, mais ce sont les communistes qui sont à l'origine de la Journée internationale de la femme, commémorée dans le monde entier le 8 mars.

 

C'est la future fondatrice du Parti communiste allemand Clara Zetkin qui instituait la Journée des femmes en 1910. La date du 8 mars s'imposera avec la grève des ouvrières de Petrograd (St-Petersbourg) en mars 1917, en pleine révolution russe. Lénine, en 1921, décide de rendre hommage à leur lutte et de délivrer un message fort en soulignant le caractère central de l'émancipation des femmes dans le projet communiste.

 

L'URSS est, en 1921, le premier Etat à reconnaître la journée de la Femme, et reconnaît alors de façon inédite l'égalité totale entre hommes et femmes (égalité salariale, droit à l'avortement, suppression de la tutelle du mari, etc).

 

En 1977, l'ONU officialise le 8 mars comme Journée internationale de la femme.

Partager cet article

Commenter cet article