Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Jeunesse Communiste Paris 15

Journée internationale de la femme: l'égalité homme-femme est un combat.. contre le système capitaliste !

8 Mars 2013 , Rédigé par JC Paris XV Publié dans #Histoire

commune-copie-18 mars - Journée internationale de la femme :

 

l'égalité homme-femme est un combat... contre le système capitaliste !

 

 

Tract de la JC Paris 15 (à demander par mail: jc.paris15@gmail.com)

 

 

Le capitalisme ne règne qu'en divisant les travailleurs entre eux : étrangers contre français, jeunes contre vieux, public contre privé, hommes contre femmes.

 

L'exploitation touche tous les salariés, mais les femmes la subissent avec le plus de violence.

 

  • Ce sont les premières à subir les bas salaires : les femmes sont payées 25% de moins que les hommes et elles constituent 80% des « travailleurs pauvres » payés moins de 900 € par mois ;

 

  • Elles vivent la précarité au quotidien : un tiers (31%) des femmes sont à temps partiel, la plupart du temps subi. Huit travailleurs sur dix à temps partiel sont des femmes ;

 

  • Elles supportent la « double exploitation » : ce sont elles qui font encore l'essentiel des tâches domestiques : ménage, cuisine, enfants. Elles passent 4 heures par jour à travailler à la maison, deux heures de plus que les hommes ;

 

Les jeunes femmes sont encore plus touchées que les autres : 25% des jeunes femmes de moins de 25 ans sont au chômage, 35% de celles qui ont un emploi sont à temps partiel. Cela fait une majorité de jeunes précaires ou chômeuses !

 

L'égalité homme-femme est un combat, c'est surtout une question de classe.

 

Loin du discours de la patronne des patrons, Mme Parisot, il ne s'agit pas d'obtenir la « parité » chez les PDG, de promouvoir des Lilliane Bettencourt (30 milliards d'€ de patrimoine, l'équivalent de 12,5 millions de français!) ou de faire émerger des Marine Le Pen ou des Rachida Dati.

 

Ne nous laissons pas endormir par le discours dominant sur la « parité », l' « égalité en droit ». Ce n'est pas le « Ministère du droit des femmes » qui va nous faire gagner l'égalité salariale !

 

Il faut se battre pour obtenir des hausses de salaire, lutter pour des conditions de travail décentes dans les métiers où les femmes sont majoritaires

 

  • les plus victimes de l'exploitation capitaliste comme caissière, femme de ménage ;

 

  • ou les métiers publics les plus dévalorisés économiquement par rapport au niveau d'étude : infirmière ou enseignante ;

 

Ce combat est indissociable du combat pour l'émancipation des femmes de toute tutelle des hommes sur leur esprit, leur corps, leur vie tout simplement.

 

Dans l'immédiat, nous revendiquons et c'est possible :

 

  • égalité salariale immédiate homme/femme dans le privé comme dans le public ;

 

  • la fin des contrats précaires (CDD, intérim, temps partiel) : généralisation du CDI dans le privé, du statut de fonctionnaire dans le public ;

     

  • la fin des suppressions de poste dans le secteur public, l'embauche en priorité dans les secteurs de la santé et de l'éducation ;

 

Mais, pour nous, seule la fin de l'exploitation de l'homme (et donc de la femme) par l'homme (et la femme, Parisot, Bettencourt et co) peut mettre fin aux inégalités entre hommes et femmes : comme chez ceux qui sont à l'origine de la journée de la femme, Lénine ou Clara Zetkin, cela passe par l'abolition du capitalisme.

 

 

8marsURSSEncadré 1 : Les communistes à l'origine de la journée internationale de la femme

 

Comme le combat pour l'égalité raciale, pour les droits des travailleurs : les communistes ont toujours été en première ligne du combat pour l'égalité homme-femme.

 

Ce sont eux qui sont à l'origine de journée internationale de la femme le 8 mars.

 

La fondatrice du Parti communiste allemand Clara Zetkin a crée la Journée des femmes en 1910. La date du 8 mars trouve son origine dans la grève des ouvrières de Petrograd en mars 1917, pendant la révolution russe.

 

Lénine, en 1921, rend hommage à cette lutte avec un symbole montrant la place centrale de l'émancipation des femmes dans le projet communiste.

 

En 1921, l'URSS est le premier Etat à reconnaître la Journée de la Femme. Il faudra attendre en France les années 70 pour atteindre ce que l'URSS a accordé dans les années 1920 : égalité salariale totale, droit à l'avortement, suppression de la tutelle du mari.

 

En 1977, l'ONU officialise la date soviétique du 8 mars comme Journée internationale de la femme.

Partager cet article

Commenter cet article