Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Jeunesse Communiste Paris 15

L’Etat coupe 25 milliards d'€ de subventions aux associations … pour en donner autant aux grandes entreprises qui licencient !

12 Novembre 2014 , Rédigé par JC Paris XV Publié dans #Entreprise

cice-francois-hollande-vient-de-me-faire-cadeau-de-50-000-eL’Etat coupe les fonds aux assoc', menace 250 000 emplois …

 

et gave de fonds les grandes entreprises qui licencient !

 

Article pour http://www.jeunescommunistes-paris15.fr/

 

En pleine crise capitaliste : vaut-il mieux donner de l’argent à ceux qui sont responsables de la crise et licencient à tour de bras ou ceux qui essaient d’en atténuer ses effets auprès des plus vulnérables ? Le gouvernement a choisi les premiers, un autre choix est possible.

 

L’Etat va couper les subventions, en 2015 aux organismes qui emploient une bonne partie des travailleurs sociaux : 5 milliards de moins pour les associations, 4 milliards de moins pour les collectivités territoriales.

 

Les associations coulées par le gouvernement, 250 000 emplois menacés

 

D’ici 2017, cela devrait faire au moins 29 milliards d’€ de manque pour 1 million d’associations. Cela fait 30 000 € de moins par association, par an. De quoi embaucher deux formateurs à temps plein, au moins six stagiaires par assoc.

 

L’action sociale est le secteur qui dépend le plus des aides publiques :  60 % contre 25 % dans le sport. Couper les subventions publiques, c’est mettre en danger au moins 250 000 emplois d’ici 2017. Les premiers à sauter seront les jeunes, les stagiaires, les contractuels.

 

Les entreprises qui licencient par milliers se gavent de subventions !

 

Il paraît que les caisses sont vides … il faut dire qu’elles sont vidées pour les 500 familles les plus riches dont le patrimoine a augmenté de 25 % l’an dernier, les 40 plus grosses entreprises du pays font des profits records : + 17 % ! C’est pas la crise pour tout le monde.

 

Les plus riches se goinfrent. Le gouvernement leur en donne toujours plus. Avec le CICE, le « Pacte de responsabilité », c’est 50 milliards d’€ de cadeaux de l’Etat vers les entreprises : cela fait 3 000 € par an et par salarié-contribuable. Qu’on paiera de notre poche.

 

Le CICE, c’est 25 milliards d’euros seuls de cadeaux pour des entreprises aux profits records, aux impôts minimum, aux licenciements massifs :

 

-          TOTAL recevra 80 millions d’euros. Il ne paie pas un centime d’impôt en France, il a fermé la raffinerie de Gonfreville en 2009, supprime encore 200 emplois l’an dernier, il encourage la France à partir en guerre au Mali, en Libye, en Irak ;

 

-          SANOFI-Aventis (pharmaceutique) recevra 150 millions d’euros de cadeaux. Il va licencier 4 000 employés ;

 

-          PEUGEOT empoche 72 millions, elle vient de fermer l’usine d’Aulnay, de mettre à la porte 8 000 ouvriers ;

 

-          La POSTE a déjà gagné grâce au CICE 300 millions d’€. Elle a supprimé 90 000 emplois en dix ans. Nous étions aux côtés des postiers du 15 ème qui ont mené une lutte héroique de 50 jours pour sauver 22 emplois.

 

Ils voudraient nous transformer en esclaves « bénévoles », c’est non !

 

Le rêve de ce gouvernement, de ces patrons, c’est ce que nous dit le patron des patrons Pierre Gattaz : « Il faudrait qu’on puisse «  travailler bénévolement lorsque la situation économique l’exige » sans que les patrons soient «  taxés d’esclavagistes ». Les clichés du passé comme ‘tout travail mérite salaire’ c’est dépassé, ringard en temps de crise ».

 

Etre bénévole dans une société où tout repose sur l’argent : c’est être un esclave, et c’est accepter son esclavage. Pas question, tout travail mérite salaire, un stage est un travail, il doit être payé, gratifié !

 

La mobilisation se construit : faisons monter le rapport de force !

 

Depuis un mois, l’IRTS Montrouge est à la pointe du mouvement régional, et national pour gagner sur des revendications réalistes. Vendredi 24 octobre, 100 étudiants ont bloqué la Direction régionale de la Jeunesse et des sports (DRJS), ils étaient encore plus nombreux lundi 27 à Montparnasse puis à la DRJS. Ils ont reçu le mépris des représentants officiels.

 

La seule façon de gagner, c’est de faire monter le rapport de force. En région parisienne, d’autres instituts sont très mobilisés, à Neuilly, Aubervilliers. En France, les étudiants de Montpellier ont montré la voie. Ceux de Nîmes, Clermont-Ferrand, Rennes les suivent.

 

A l’échelle locale, les jeunes communistes soutiennent le mouvement à Montrouge. Ils se mobilisent dans le 92-Sud, dans le sud parisien pour pousser les autres instituts à rejoindre le mouvement. C’est un combat, mais la résignation, la démobilisation reculent petit à petit.

 

Les revendications du mouvement sont crédibles, réalistes, elles peuvent gagner sur un rapport de force conséquent :

 

-          Pas un étudiant sans stage, pas un stage non-payé : « gratification » pour tous les étudiants en travail social. Tout travail mérite salaire ;

 

-          70 millions d’€ de fonds pour payer ses stages : c’est exactement la somme qu’on a donné à la seule entreprise Total en 2014, qui peut dire qu’il n’y a pas l’argent ?

 

La victoire des étudiants en travail sera l’œuvre des étudiants eux-mêmes. Les jeunes communistes seront à vos côtés pour les aider, les informer, aussi pour emmener les salariés, étudiants, travailleurs sociaux à exprimer leur solidarité dans l’action à vos côtés !

Partager cet article

Commenter cet article