Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Jeunesse Communiste Paris 15

L'Union européenne n'est pas une organisation de bienfaisance... mais une machine de guerre contre les peuples!

16 Octobre 2012 , Rédigé par JC Paris XV Publié dans #ue

europealg.pngL'Union européenne n'est pas une organisation de bienfaisance... mais une machine de guerre contre les peuples!

 

Article/Tract de la JC Paris 15 (pour bénéficier du tract en format Publisher ou PDF, envoyer un mail à jc.paris15@gmail.com)

 

Il y a trois ans, Barack Obama. Maintenant, l'Union européenne. Au moment où les dirigeants de l'UE déclarent la guerre aux peuples et aux travailleurs d'Europe, le cynisme est poussé loin.

 

Le comité du Nobel a justifié son choix en parlant d'une contribution « au progrès de la réconciliation, de la paix, de la démocratieet des droits de l'Hommeen Europe ».

 

  • La réconciliation en Europe? L’Europe monte les peuples les uns contre les autres : les « fainéants » et les « assistés » Grecs ou Espagnols contre les « privilégiés » Allemands ou Français. Où est l'amitié entre les peuples ? La monnaie unique a mis en concurrence les travailleurs d'Europe. On casse l'économie des pays du Sud et de l'Est pendant qu'on baisse les conditions sociales en France. L'Europe divise les peuples et les travailleurs pour mieux régner !

 

  • Quelle paix en Europe ? De quelle paix parle-t-on quand l'Europe mène la guerre contre les peuples et les travailleurs au nom de l'austérité. Quelle paix quand l'UE a soutenu et participé aux guerres meurtrières hier en Yougoslavie, en Afghanistan, en Libye, aujourd'hui en Syrie ou au Mali ? L'Union européenne, c'est la paix entre les patrons européens pour mieux faire la guerre aux peuples d'Europe et du monde entier !

 

  • La démocratie européenne? Quand le vote des Français, des Hollandais et des Irlandais contre cette Europe est piétiné : peut-on parler de démocratie ? On n'est pas en démocratie quand l'UE remplace des gouvernements démocratiquement élus, en Grèce ou en Italie, pour placer ses dirigeants. Ou encore quand elle met sous tutelle les budgets nationaux. L'UE remet en cause les démocraties nationales pour mieux imposer une dictature européenne des grands groupes.

 

  • Où sont les droits de l'Homme? Quels droits pour les millions de travailleurs plongés dans la misère par les mesures d'austérité imposées par l'UE : les jeunes précarisés, les fonctionnaires licenciés, les salariés paupérisés. Quels droits bénéficie-t-on quand on est privé de son droit au logement, à un travail, à l'éducation, à la santé, à une vie décente

 

Cette Europe-là, ce sont les grands groupes économiques qui l'ont fondée, pas les peuples.

 

Pour contourner les peuples, inverser le rapport de force conquis dans le cadre national et démocratique. Pour revenir sur tous les acquis sociaux conquis dans la lutte, avec le rôle décisif joué par les communistes.

 

L’Europe de la « paix, de la démocratie, des droits de l'Homme » ?

 

Dans toute l'Europe, les gouvernements « démocratiques » se soumettent à Bruxelles ou doivent se démettre, les « droits de l'Homme » sont vidés de leur sens par les plans d'austérité, la « guerre » est partout déclarée contre le monde du travail.

 

Ce que nous voulons, c'est :

 

  • retrouver la souveraineté populaire, condition indispensable d'une vraie démocratie, exprimé dans le cadre national. C'est dans ce cadre qu'ont été conquis nos droits démocratiques et sociaux ;

 

  • des coopérations entre les peuples, sur une base d'égalité, entre peuples d'Europe mais ouvertes à l'Amérique latine, à l'Afrique, à l'Asie ;

 

Notre analyse ne se confond pas avec les discours xénophobes et nationalistes de certaines forces réactionnaires. Mais la justice sociale, la paix, la démocratie en France et dans le monde passent par la rupture avec cette Europe. Voilà pourquoi nous réclamons :

 

  • la sortie de la monnaie unique, l'Euro, le retour aux monnaies nationales mais la proposition d'une monnaie commune d'échange ;

  • le respect du vote de 2005 contre le Traité sur la constitution européenne, le retour sur les Traités européens depuis Maastricht jusqu'à Lisbonne ;

  • le refus d'appliquer les directives européennes de libéralisation et de privatisation des services publics : Poste, chemin de fer, santé ;

  • la sortie des critères européens imposés à l'Université, donc la remise en cause de la loi LRU de 2008, d'autonomie et de privatisation des universités ;

 

La société que nous voulons passe par le refus de la mise en concurrence des peuples et des travailleurs les uns avec les autres, elle passe par la construction de nouvelles solidarités, par la réponse aux besoins des populations plutôt que ceux des multi-nationales. Rejoins-nous pour se battre pour cette autre société, pour le socialisme !

 

Encadré 1: Un prix pour la guerre déclarée par l'Union européenne contre le peuple Grec ?

 

 

En Grèce, les conséquences du plan d'austérité imposé par Bruxelles, avec notamment 25% de salaires en moins en 2011, sont terribles :

 

  • dans les hôpitaux, c'est la pénurie de médicaments et de lits, les malades ne peuvent plus payer les médicaments déremboursés, les forfaits hospitaliers et ne peuvent plus se soigner ;

  • un nombre croissant de personnes ne peuvent plus payer leurs factures et sont sous la menace des coupures de gaz, d'électricité ou d'eau ;

  • les écoles et les universités n'ont plus de manuels scolaires, elles les ont remplacé l'an dernier par des photocopies jusqu'à cette année... où elles ont renoncé faute de moyens ;

  • le nombre de chômeurs a doublé depuis 2010 : un jeune sur deux est actuellement au chômage, un Grec sur quatre ;

 

Quand on oblige les travailleurs Grecs à renoncer à leur travail, leur logement, leur santé, leur éducation, et même le droit à décider de leur propre sort, où sont les droits de l'Homme ?

 

Encadré 2: Un prix pour les vendeurs d'armes européens

 

L'Union européenne est le premier exportateur d'armes avec 35% du marché mondial :

 

  • Parmi les dix plus gros exportateurs mondiaux, sept pays de l'UE ;

  • Parmi les principaux clients des États européens des dictatures encore en place, comme l'Arabie saoudite ou le Yémen, mais aussi renversées. Entre 2008 et 2010, les ventes d'armes pour les dictatures de Libye, d'Egypte et de Tunisie ont doublé. La France était leur premier fournisseur ;

  • Parmi les premiers clients, la Grèce et le Portugal. On supprime les services sociaux en Grèce, on coupe dans les salaires mais par contre on continue de les endetter pour signer des contrats juteux !

  • En juillet 2012, l'Union européenne a signé 60 nouveaux accords de coopération, y compris dans le domaine militaire, au mépris du droit du peuple palestinien à disposer de lui-même.

 

Rappelons que Nobel était aussi l'inventeur de la dynamite, ceci explique peut-être cela !

Partager cet article

Commenter cet article