Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Jeunesse Communiste Paris 15

La JC Paris 15 solidaire avec nos camarades des Bouches-du-Rhône agressés par des militants d'extrême-droite !

26 Octobre 2014 , Rédigé par JC Paris XV Publié dans #Fascisme, #Actualité

AG_septembre_octobre_2013.jpgLa JC Paris 15 solidaire avec nos camarades des Bouches-du-Rhône agressés par des militants d'extrême-droite !


 

Article pour http://jeunescommunistes-paris15.over-blog.com/


 

Nous avons appris hier l'agression dont ont été victimes nos amis, camarades des JC des Bouches-du-Rhône (BDR), ce jeudi 23 octobre, dans le local de la section PCF d'Aix, au moment de leur projection hebdomadaire des « Soirées du peuple ».


 

Nous, jeunes communistes du 15 ème arrondissement de Paris, entretenons une relation particulière, faite d'amitié et de solidarité avec nos camarades de la JC 13. Deux camarades des BDR ont participé à la fondation de la JC Paris 15, depuis les échanges sont réguliers et fraternels.


 

D'après le récit qui nous en a était fait, les jeunes communistes présents – dont certains nouveaux adhérents – ont été agressés physiquement, reçu coups de poing, chaises, cannettes de bière. Les tracts du PCF ont été piétinés, un meuble renversé avant que la quinzaine de militants d'extrême-droite soit repoussée.


 

Par les autocollants laissés sur leur sillage, leur 'cri de guerre' (« A bas la République, vive l'Action française ! »), ils ont voulu qu'on identifie bien leur crime : l'Action française fleur-de-lisé.


 

Les monarchistes fascisants de l'Action française n'ont jamais accepté la République (la « Gueuse »), les acquis démocratiques et sociaux pour lesquels nombre de nos camarades ont donné leur vie dans la Résistance nationale anti-fasciste.


 

Avec ses jeunes « Camelots du Roi » (dont un certain François Mitterrand fut sympathisant), l'Action française admirait dans les années 30 fascisme mussolinien, essayait de renverser la République le 6 février 1934 puis se ralliait au régime collaborateur de Pétain après la défaite de 1940 que leur leader Charles Maurras qualifiait de « divine providence ».


 

Ce même Charles Maurras qui défendait un nationalisme intégral belliqueux contre l' « Anti-France » des Juifs, communistes, franc-maçons … a laissé ses partisans choisir le pacifisme face à l'hitlérisme, la collaboration derrière le Maréchal Pétain.


 

70 ans après la Libération d'Aix comme de Paris, alors que nous célébrons nos martyrs tombés à Châteaubriant et ailleurs, on ne peut que condamner le plus fermement les menées d'une certaine droite revancharde, prête à tout pour ré-écrire l'histoire, même aux agressions les plus viles.


 

La Résistance, avec le programme du CNR (Conseil national de la Résistance), cherchait à extirper les bases qui avaient rendu possible le régime fascisant de Vichy alimenté à l'idéologie de l'Action française : ce furent les nationalisations, la Sécurité sociale, l'égalité réelle homme-femmes, la retraite par répartition, l'éducation nationale publique.


 

Nos camarades des BDR ne répondront pas avec les mêmes armes, par les poings, la violence pure. Ils répondront en étant, comme toujours, les meilleurs militants sur leurs facs, dans leurs quartiers, les lieux de travail, les meilleurs pour défendre la jeunesse populaire, venant de tous horizons, pour lutter pour nos acquis gagnés au prix du sang de nos ancêtres, dans la lutte contre le fascisme.


 

Nous, jeunes communistes du 15 ème, savons combien la lutte contre le fascisme est âpre, quand nos murs sont recouverts des affiches du FN, avec sa flamme tricolore emprunté aux fascistes italiens, quand les groupuscules fascisants pullulent, jusqu'à ceux qui ont assassiné lâchement Clément Méric.


 

Nos prédécesseurs, dans le 15 ème ont payé de leur vie leur combat contre le fascisme


 

  • Huynh Khuong An, 29 ans mort à Châteaubriant le 22 octobre 1941 sous les balles nazies, avec Charles Michels député du 15 ème arrondissement de Paris à l'âge de 32 ans ;

 

  • les « 5 martyrs du lycée Buffon », le 8 février 1943, abattus par l'occupant : Pierre Benoît 15 ans, Jacques Baudry 18 ans, Pierre Grelot 17 ans, Lucien Legros, 16 ans , Jean Arthus 18 ans;

 

  • Jean-Pierre Bernard, 30 ans, et Anne-Claude Godeau, 24 ans, morts le 8 février 1962 au métro Charonne, sous les coups de la police de Maurice Papon ;


 

Le fascisme commence toujours son œuvre par l'intimidation, les menaces, la bastonnade. Les communistes se défendent, mais ne répondent pas avec les mêmes armes : ils cherchent à isoler ses voyous des masses, à démasquer leurs méthodes barbares.


 

Ils répondent par l'unité la plus large dans l'action, le rassemblement de la jeunesse de France, le renforcement de l'organisation dans le combat contre le fascisme, la guerre, ce système capitaliste qui les alimente.


 

Solidarité avec nos camarades des Bouches-du-Rhône ! Le fascisme ne passera pas, à Aix comme à Paris ! Vive l'amitié entre la JC Paris 15 ème et la JC Bouches-du-Rhône, forgée dans la lutte contre notre ennemi commun !

 

 

Partager cet article

Commenter cet article