Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Jeunesse Communiste Paris 15

Léo Figuères et les jeunes communistes du 92 sud et de Paris 15 : fructueux !

14 Novembre 2010 , Rédigé par jeunescommunistes-paris15 Publié dans #Actualité

Samedi 13 novembre 2010, les jeunes communistes du sud des Hauts-d

101113_Figueres.jpg

 

e-Seine et ceux du 15ème arrondissement de Paris organisaient une rencontre avec Léo Figuères.

 

Tout justifiait cette réunion. Léo habite à Malakoff dont il a été maire. Léo a été dirigeant des jeunesses communistes dans des périodes encore plus difficiles qu’aujourd’hui, les années 30, la guerre, la guerre froide.

Mais ces communistes de générations différentes se sont retrouvées aussi cette année par leur prise de position. Au congrès de la JC en mai 2010, une majorité s’est exprimée pour la réintégration dans la résolution nationale du socialisme, comme perspective politique révolutionnaire et étape transitoire vers le communisme. Au même moment était publié le dernier livre de Léo Figuères « capitalisme, socialisme(s), communisme ».

 

Avec un esprit de synthèse impressionnant, Léo a repris les axes de son livre devant les quelque 30 jeunes présents.

 

L’analyse du capitalisme et de ses graves évolutions rend la perspective socialiste plus nécessaire que jamais. Il est moins que jamais corrigible ou amendable. 

 

Dans le même temps, cela nous oblige à un examen critique, approfondi, sans concession, des expériences socialistes du 20ème siècle et en particulier de celle de l’URSS, notamment dans les années 20 et dans le années 50/60.

 

La restauration capitaliste, par des cadres mêmes du PCUS dans les années 90 ne peut nous laisser sans réfléchir. 

 

Le plus grave pour les communistes est de fuir cet examen. Considérer, comme le font certains philosophes, que le communisme puisse naître spontanément du mouvement du capitalisme est une aberration.

Qui cela peut-il gêner aujourd’hui, dans les rangs de nos organisations, de promouvoir l’appropriation publique et sociale des moyens de production, des droits pour les travailleurs pour en avoir réellement la maîtrise ?  Le PCF ne part pas de rien mais au contraire d’une très longue réflexion sur le socialisme dans les conditions de notre pays.

 

Des questions des jeunes est remontée en particulier la question de l’organisation communiste correspondant à cette perspective socialiste, couplée aux luttes quotidiennes contre l’exploitation capitaliste et pour la défense des acquis sociaux et démocratiques que notre pays doit grandement au PCF.

Léo a rappelé, à propos de socialisme, la position du Parti en 1936, puis en 1945, à propos des nationalisations dont le caractère progressiste est entièrement dépendant du rapport de force. La propriété étatique en régime capitaliste ne peut se confondre avec le socialisme, tout en étant un immense progrès dans les conditions de la Libération.

 

Léo a illustré ses réponses d’expériences précises, pour lui-même exaltantes mais aussi sujettes à critique, comme la constitution d’une JC à partir de peu de choses dans le Var dans les années 30, celle d’une organisation de jeunesse agricole... Il a été aussi question de la place des jeunes filles à différentes périodes de l’histoire des jeunes communistes, de l’expérience de rassemblement, pas si évidente au départ, qu’a représenté la constitution de l’Union de la jeunesse républicaine de France.

Toute cette histoire a été replacée par Léo dans les questionnements actuels de la jeunesse communiste.

Nous ne saurions trop l’en remercier.

 

Les jeunes communistes présents ont vu, fait connaissance pour beaucoup, avec un grand dirigeant du Parti communiste français.

 

L’acuité de sa réflexion les marquera.

Partager cet article

Commenter cet article