Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Jeunesse Communiste Paris 15

Les étudiants en travail social ont bloqué la direction régionale de la jeunesse : la lutte continue contre les stages non-payés !

27 Octobre 2014 , Rédigé par JC Paris XV Publié dans #Entreprise, #Education

Precaires-0097.JPGLes étudiants en travail social ont bloqué la direction régionale de la jeunesse : la lutte continue contre les stages non-payés !

 

Article pour http://jeunescommunistes-paris15.over-blog.com/

 

Les étudiants en travail social en ont assez du mépris du gouvernement, de la direction régionale de la Jeunesse et des sports (DRJS). Ce vendredi, ils ont lancé une « occupation » pacifique de la DRJS, nous étions à leurs côtés pour les soutenir.

 

Ce vendredi, à 10 h, une centaine de jeunes étudiants venus principalement de l’IRTS de Montrouge, mais aussi de son partenaire de Neuilly-sur-Marne ainsi que du centre de formation sociale d’Aubervilliers, se sont rassemblés devant le siège de la DRJS

 

La JC Paris 15 ème était présente à l'aube devant l’IRTS situé à quelques pas de notre local. Elle a suivi les étudiants qui ont entamé un mouvement vers le siège situé dans le 13 ème arrondissement, près de la Bibliothèque François Mitterrand.

 

Le but était de bloquer le bâtiment, d’empêcher l’entrée dans la DRJS, afin d’obtenir une réunion de négociation avec la Direction ainsi que le Ministère des Affaires sociales de Marisol Touraine. Un blocage pacifique, dans une ambiance bon enfant mais combative.

 

Les slogans étaient clairs, les étudiants en travail social refusent les stages non-payés que leur proposent les pouvoirs publics, le Pôle emploi et la précarité comme destin :

 

« Des fonds pour la gratification, des fonds pour la formation », le mot d’ordre sur la banderole est la préoccupation de tous. Les étudiants demandent dans l’immédiat 70 millions d’€ pour leur formation, pour que leur stage soit « gratifié », c’est-à-dire payé.

 

70 millions d’€, irréaliste pour le gouvernement, la région. Est-ce indécent de rappeler – après la mort de son PDG – que Total va toucher cette année 80 millions d’€ de cadeaux fiscaux avec le CICE, alors qu’il est déjà le groupe français qui fait le plus de bénéfices, sans renverser un centime à la collectivité en impôts.

 

Pour l’avenir de la nation : n’est-il pas plus sain de donner de l’argent à ceux qui aident et forment nos enfants, payent leurs impôts ici, plutôt qu’à une multi-nationale qui exporte partout la guerre et la misère sans contribuer d’un centime au bien de la société ?

 

L’Etat va supprimer d’ici 2017 près de 25 milliards de dotations aux collectivités territoriales, et, en tout, les associations vont perdre 25 milliards de subventions publiques. Dans le même temps, l’Etat a donné 50 milliards de cadeaux fiscaux aux plus grandes entreprises avec le CICE, le « Pacte de responsabilité »

 

Les associations, les collectivités sont les premiers employeurs dans l’action sociale. Les tuer, c’est tuer l’emploi de ces étudiants en travail social. Et ils le savent bien.

 

Il est évident pour nous que cela doit s’articuler avec la « loi sur les stages » adoptée cet été, qui permet aux étudiants d’envisager de passer de stages non-payés à des stages sous-payés dans l’action sociale.

 

Cette « loi » généralise, institutionnalise, banalise la précarité pour tous en imposant comme norme le paiement des stages, après 2 mois, à 30 % du SMIC : soit 400 € par mois, ou un SMIC jeune déguisé.

 

Et dans l’action sociale – seul secteur qui pourrait en bénéficier – c’est l’hypocrisie la plus totale. Après avoir promis des stages « gratifiés », on prétend que les caisses sont vides pour maintenir le statu quo.

 

Ce lundi, les représentants du mouvement avaient rendez-vous avec des représentants de la direction régionale de la jeunesse, des sports et de la cohésion sociale (DJRSCS), et du Ministère des Affaires sociales Marisol Touraine.

 

Les étudiants en travail social, comme les JC 15, restent vigilants. Cette semaine, comme depuis trois semaines à Montrouge, la lutte continue pour obtenir la fin des stages non-payés, de l’argent pour notre formation !

 

Partager cet article

Commenter cet article