Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Jeunesse Communiste Paris 15

Les JC du 15ème solidaires de la lutte des agents de nettoyage à Balard, sur le site du « Pentagone à la française » !

28 Avril 2012 , Rédigé par JC Paris XV Publié dans #Entreprise

tampon-encreur-travailleurs-unisLes jeunes communistes du 15ème solidaires de la lutte des agents de nettoyage de la cité de l'air à Balard, sur le site du « Pentagone à la française » !

 

Compte-rendu PF pour http://jeunescommunistes-paris15.over-blog.com/

 

 

Le gigantesque projet de « Pentagone à la française » ne se résume pas seulement à une des plus grosses opérations immobilières de ces dernières années, et une des plus scandaleuses aussi avec des soupçons de trafic d'influence et de collusion entre l’État sarkozien et Bouygues, qui s'est vu confier en 2011 un contrat à hauteur de 3,5 milliards d'euros.

 

Au quotidien, le « projet Balard », c'est aussi une exploitation maximale des travailleurs sur les chantiers, ainsi que pour les agents de nettoyage responsables de l'entretien ainsi que de la réfection de certains des locaux de la Cité de l'air, compris dans le projet.

 

Pour maximiser leurs profits, les promoteurs immobiliers ont recours à des sous-traitants intraitables comme Elior, prêts à tout pour exploiter leurs salariés, immigrés à l'immense majorité.

 

Leur dernière réorganisation du travail : imposer un redéploiement du personnel et une flexibilisation des horaires, ayant pour conséquence directe une augmentation considérable du temps passé dans les transports, pour des salariés habitant en banlieue, et y passant déjà en moyenne entre 1h30 et 2h par jour.

 

Pas de « dialogue social » entre « partenaires sociaux » avec les travailleurs immigrés de Balard mais le chantage en cas de refus éventuel, des lettres recommandées menaçantes, une individualisation des rapports sociaux dans le but d'isoler chacun des agents.

 

L'organisation déjà existante vise à casser tout lien sur le lieu de travail entre les agents d'entretien : des horaires individualisés, un travail fractionné et même l'interdiction formelle de se parler pendant le service !

 

Face à la dégradation dramatique des conditions de travail, l'intensification de l'exploitation, des méthodes de management inacceptables, les agents d'entretien de Balard ont dit « Non » la semaine dernière.

 

S'appuyant sur l'expérience victorieuse d'il y a deux ans, lorsqu'un plan visant à imposer la mobilité forcée avait été mise en échec, 33 des 35 agents d'entretien, immigrés dans leur quasi-totalité, ont décidé de se mettre en grève.

 

Une décision courageuse face à une direction qui règne par la terreur, et par la menace qui pèse sur des travailleurs soumis à des conditions contractuelles différentes, et dont les diverses nationalités ou origines sont autant de germes de divisions que le patronat cherche à cultiver.

 

Le succès de cette mobilisation repose déjà sur l'unité, au-delà des différences d'origines ou de parcours professionnel, forgée dans la lutte. Un succès car il marque le refus de l'arbitraire patronal et de la résignation à des conditions de travail indignes au XXIème siècle.

 

Dans cette grève, les travailleurs de la cité de l'Air ont reçu le soutien pratique de l'UL CGT du 15ème, ainsi que l'expression du soutien de la Jeunesse communiste du 15ème, dont j'ai porté le message de solidarité mercredi dernier.

 

Après trois jours de grève, la direction a reculé. Elle a pris des engagements pour consulter les agents quant aux ré-affectations à venir, liées à la fermeture de plusieurs bâtiments dans le cadre du « Projet Pentagone », ainsi que d'engager un cycle de négociations sur les primes en novembre.

 

Les engagements de la direction ne laissent pas les salariés de Balard dupes. Ils restent vigilants sur les prochains mauvais coups d'Elior. Mais, désormais, rien ne sera plus pareil.

 

Les salariés ont fait preuve pendant trois jours d'une unité sans failles : ils ont débrayé ensemble, ont continué la grève et ont accepté de négocier d'une seule voix. Ils ont relevé la tête et se tiennent prêts à relancer le mouvement si leurs revendications n'étaient pas entendues.

 

Après les mouvements aux urgences à Pompidou, à la Poste ou encore à l'hôtel Concorde, les luttes se développent dans le 15ème, elles tentent d'inverser le rapport de force avec le patronat, de combattre ses mauvais coups.

 

La jeunesse communiste du 15ème exprime son soutien politique à ces mobilisations. A son échelle, par son expression et son action, elle contribue à la nécessaire convergence des luttes, seule en mesure de faire plier ses politiques de casse sociale et de combattre la division, comme celle entre travailleurs dits français et dits étrangers, fomentée par le gouvernement et les patrons !

Partager cet article

Commenter cet article