Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Jeunesse Communiste Paris 15

Nouveau gouvernement, mais pas de changement: ne baissons pas la garde, préparons la riposte!

9 Septembre 2012 , Rédigé par JC Paris XV Publié dans #Politique

capitalismefaitsontemps.jpgNouveau gouvernement, mais pas de changement

 

ne baissons pas la garde, préparons la riposte!

 

Article-Tract de la JC Paris 15*

 

* (pour avoir la version Publisher/PDF: envoyer un mail à jc.paris15@gmail.com)

 

Après cinq de sarkozisme et d'une droite revancharde, il fallait un changement. Pourtant, après cent jours de gouvernement « de gauche », derrière les effets d'annonce, rien n'a vraiment changé.

 

La Bourse n'a jamais été aussi haut depuis son élection. Laurence Parisot, la patronne des patrons a même pu déclarer récemment se sentir plus « proche des positions de Hollande » sur les questions sociales que de Sarkozy.

 

Par rapport à la politique de Sarkozy, c'est le changement dans la continuité. Pas de remise en cause de ses principales contre-réformes :

 

  • recul de l'âge de la retraite à 62 ans et de l'allongement des années de cotisation à 41 ;

  • la loi LRU sur l'autonomie des universités ;

  • les réformes du lycée (bac pro en trois ans, réformes Chatel...) ;

  • les attaques contre la Sécu avec les déremboursements de médicaments et l'augmentation du forfait hospitalier ;

 

Les premières mesures annoncées par le gouvernement ne vont pas dans le bon sens. Les contributions symboliques sur les grandes fortunes sont censées nous faire accepter l'essentiel : que tout le monde paie plus pour une petite minorité qui s'enrichit :

 

  • l'augmentation des tarifs du gaz et de l'électricité, officiellement 2% à quoi 'ajoute une taxe spéciale (CPSE) sur l'électricité de 1,2% et une hausse rétroactive de la facture de gaz de 40 euros ;

 

  • les contrats «sans avenir» pour les jeunes; c'est la vieille recette des contrats aidés: un CDD déguisé sur un ou trois ans, sans formation ni garantie d'embauche, en échange de cadeaux fiscaux pour le patron. C'est la précarité financée par l'Etat!

 

  • le non-remplacement de deux fonctionnaires sur trois, c'est pire que Sarkozy sauf pour l'éducation et... la police. La « rigueur de gauche », c'est moins de service public pour tout le monde !;

 

  • Une augmentation réelle des salaires dérisoires, avec une augmentation réelle de 0,6% du SMIC, 6 € de plus par mois, c'est l'aumône, pas une augmentation décente !;

 

  • Aucun plan d'ensemble de lutte contre la spéculation immobilière, l'encadrement des loyers, c'est limiter la hausse des loyers à 2,5% pour les seules re-locations. Cela fait déjà 20 € de plus pour un 25 m2 à 700 €. C'est un sparadrap sur une jambe de bois. Il faut créer des logements sociaux, geler les loyers, arrêter d'encourager la spéculation ;

 

Le nouveau gouvernement tient ses promesses. Il avait annoncé la « rigueur de gauche », des « réformes structurelles » pour équilibrer les comptes et satisfaire les banquiers et l'Europe.

 

On ne pourrait pas augmenter les salaires, financer les services publics, payer nos retraites : les caisses sont vides. Faux, par contre les poches de certains sont bien pleines !

 

L'argent, on peut le trouver

 

  • 3 milliards d'€ par an pour les guerres et 4 milliards d'€ pour l'arme nucléaire, 7 milliards, c'est le coût de l'embauche des 150 000 enseignants supprimés depuis 10 ans ;

 

  • 30 milliards d'exonérations de cotisations patronales, c'est deux fois le « trou de la sécu » ;

 

  • 73 milliards de bénéfice pour le CAC 40, c'est une augmentation de salaire de 400 euros par mois pour 17 millions de salariés.

 

Le changement, dès maintenant c'est possible.

 

Il suffit d'aller chercher l'argent là où il est, chez ceux qui ne cessent de s'enrichir sur notre dos. Il faut rompre avec cette Europe d'austérité, de mise en concurrence des travailleurs et des peuples au profit des seuls patrons. Il faut reprendre possession des richesses produites, des grandes entreprises privatisées.

 

Le changement, cela passe par la satisfaction de revendications légitimes :

 

  • augmenter tous les salaires, porter le SMIC à 1 700 € net ;

 

  • re-nationaliser les services publics privatisés, d'abord EDF, GDF, France télécom ;

 

  • geler tous les loyers, construire 250 000 logements sociaux par an pour freiner la spéculation ;

 

  • mettre fin aux exonérations patronales et taxer lourdement les grandes entreprises ;

 

  • sortir des guerres d'occupation en Afghanistan, refuser les manœuvres bellicistes au Mali et en Syrie, ré-investir l'argent de la guerre dans nos services publics ;

 

  • rompre avec cette Union européenne et sa politique de remise en cause systématique de tous nos acquis sociaux et démocratiques ;

 

Rejoins-nous pour mener le combat sur le terrain, pour améliorer notre quotidien et pour construire une autre société que celle basée sur le profit et la mise en concurrence des êtres humains: une société socialiste. Organise ta colère, rejoins les jeunes communistes du 15ème!

 

 

 

Encadré 1 : La facture va s'alourdir pour tout le monde

 

Pour un salaire de 1 500 € par mois

 

Hausse de l'électricité (3,2%) = 3,5 euros

Hausse du gaz (2% + 40 euros) = 4 euros

Hausse du loyer (2,2%) = 15 euros

Hausse des transports (janvier/1,5%) = 2 euros

 

(+ Hausse de la CSG de 2,5% envisagée = 50 euros)

 

25 euros par mois + 50 euros avec la hausse de la CSG = 75 euros de plus par mois !

 

 

Encadré 2 : Les grands groupes ne connaissent pas la crise

 

Bénéfices en 2011

 

Total (pétrole) = 12 milliards d'euros d'€. Privatisée en 1993.

Sanofi-Aventis (pharmaceutique) = 6 milliards d'€. Privatisée en 1993.

BNP Paribas (banque) = 6 milliards d'€. Privatisée en 1987.

GDF = 4 milliards d'euros de bénéfices. Privatisée en 2005.

France Télécom = 4 milliards d'€. Privatisée en 1999.

EDF = 3,5 milliards d'euros de bénéfices. Privatisée en 2005.

Renault = 2 milliards d'€. Privatisée en 1996.

 

et même... PSA = 600 millions d'€

 

CAC = 73 milliards d'euros

 

Les 14 entreprises privatisées depuis trente ans, par la droite et par le PS, représentent plus de 50 milliards de bénéfices en 2010. 50 milliards de moins pour nos écoles et nos hôpitaux. Reprenons possession de ce qu'on nous a pris !

 

Partager cet article

Commenter cet article