Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Jeunesse Communiste Paris 15

Solidaires avec la grève des profs (de ZEP) du 92 : mobilisons à Paris, pas de baisse de moyens pour nos lycées !

3 Mars 2014 , Rédigé par JC Paris XV Publié dans #Education

greve-zep-92.jpgSolidaires avec le mouvement de grève des profs de ZEP du 92 !

 

Les lycéens des quartiers populaires, premières victimes des réformes : Non !

 

Construisons la mobilisation à Paris, pas de baisse de moyens pour nos lycées !

 

Article-Tract pour http://jeunescommunistes-paris15.over-blog.com/

 

Nous exprimons notre solidarité avec le mouvement de grève entamé fin janvier par les professeurs de collèges et de lycées de ZEP des Hauts-de-Seine et qui doit continuer à la rentrée : n'acceptons pas une éducation au rabais pour les lycéens des quartiers populaires !

 

Depuis le 21 janvier, les professeurs de 10 collèges et lycées de banlieue soutenus par les élèves, les parents manifestent contre les projets du gouvernement, répercutés par la direction académique : moins de moyens pour leurs lycées avec plus d'élèves, les ZEP sont les premiers sacrifiés.

 

Le mouvement a débuté dans le nord des Hauts-de-Seine (92), par une grève de deux semaines suivie massivement à Villeneuve-la-Garenne, Colombes, Gennevilliers, Clichy, Nanterre.

 

Le mouvement s'est étendu à une vingtaine d'autres établissements des Hauts-de-Seine, ZEP ou non, ainsi qu'à certains collèges de Seine-Saint-Denis. Quatre journées de grève massivement suivies, deux manifestations devant le ministère. Un mouvement d'une ampleur inédite dans le département.

 

Ce que les enseignants des Hauts-de-Seine dénoncent, c'est ce que nous subissons partout : l' « austérité » derrière les effets d'annonce, moins de moyens pour plus d'élèves, et ce sont les lycées qui ont le plus besoin de moyens qui vont souffrir de cette politique.

 

Ainsi, dans le 92, on attend 1 700 élèves en plus à la rentrée … sans moyens supplémentaires.

 

Il est impossible de dépasser les limites déjà atteintes de 30 élèves par classe en collège et 36 en lycée … donc la seule solution pour ouvrir des classes dans les « lycées généraux » classiques, c'est d'enlever des moyens aux lycées ZEP, pourtant prioritaires dans l'allocation des moyens.

 

Sur les 31 collèges et lycées ZEP du département, 27 voient leurs moyens baisser.

 

Les dégâts, on les connaît : fermetures de classe, suppressions de postes, passage en moyenne de 22 à 28 élèves par classe en collège, de 28 à 32 élèves en lycée, disparition de l'orientation personnalisée en 3 ème, suppression des demi-groupes, suppression des options (sport, langue, arts).

 

Le gouvernement déshabille les ZEP … pour déshabiller aussi les autres lycées !

 

Que d'hypocrisie gouvernementale ! Les enseignants du collège Manet (Villeneuve-la-Garenne) se souviennent qu'en mars 2012 François Hollande visitait l'établissement et déclarait : « Il faut plus de moyens, plus de ressources, plus d'enseignants dans les zones défavorisées (...) là où on devrait avoir plus d'heures de soutien, on coupe des moyens ! »

 

Hollande promettait des moyens pour l'éducation, 60 000 postes de professeurs. On sait maintenant que ce ne sont que 7 000 postes d'enseignants titulaires sur 5 ans, et qu'il n'y aura pas de moyens supplémentaires, seulement des « redéploiements »,soit déshabiller l'un pour habiller l'autre.

 

Ces « redéploiements » aujourd'hui : c'est la baisse des moyens dans les « zones défavorisées », l'austérité partout … sauf pour les lycées privés ou les lycées publics des quartiers chics. Le budget du lycée Pasteur (Neuilly) augmentera de 4 %, celui de Janson de Sailly (16 ème) de 10 % !

 

Le ministre Peillon a annoncé qu'il allait aider les collèges et les lycées les plus en difficulté, soi-disant avec des primes pour les enseignants, des nouvelles « pratiques » éducatives plus à l'écoute des élèves pour rapprocher les « lycées ZEP » des autres lycées.

 

Le tout, sans augmenter le budget de l’Éducation, donc cela suppose enlever des moyens aux autres lycées généraux, lycées techniques, professionnels. Déshabiller l'un pour habiller l'autre ?

 

Dans les faits, c'est aussi moins de moyens pour les ZEP ! Ce qui veut dire des classes sur-chargées. Les lycées ZEP seront de plus en plus des « établissements comme les autres » mais pour le pire : des ghettos pour élèves en difficulté qui meurent du manque de moyens et d'attention.

 

Sous prétexte d' « égalité », le ministre va renforcer les « inégalités ». Il envisage de supprimer les « ZEP » remplacés par des « REP » (Réseaux éducation prioritaire).

 

Changer le nom sans rien changer à la chose ? Pas tout à fait, il ne garderait l'étiquette que pour une poignée d'établissements (1 sur 6). Pour les « REP » qui restent, c'est la stigmatisation puissance 10.

 

Pour les anciens « ZEP » devenus « lycées sans étiquette » : cela va être comme ailleurs 36 élèves par classe, des profs qui vont fuir ces lycées, moins d'options, et toujours avec la vieille étiquette « ZEP » dans les têtes : on veut faire des « lycées ghettos », on ne s'y prendrait pas autrement !

 

Tous les moyens sont bons pour couper les moyens. Peillon essaie de monter les profs, les lycéens les uns contre les autres : il montre du doigt les « privilégiés » de prépa pour verser une larme sur les « exclus » de ZEP., prétend aider les profs de ZEP en demandant des sacrifices aux autres.

 

Mais en fait c'est moins de moyens pour les prépas, les ZEP, les collèges, lycées généraux, techniques : le gouvernement déshabille les uns pour déshabiller aussi les autres !

 

A Paris 15, dans nos lycées populaires nous sommes aussi concernés !

 

Le 15 ème n'est pas à l'abri de cette politique d'austérité. Sur les 11 lycées du 15 ème, 7 lycées vont voir leur budget baisser en 2014 par la région socialiste dont les 4 lycées techniques (Fresnel, Verlomme, St-Lambert, L.Armand) les 2 lycées professionnels (Beaugrenelle, Brassai) !

 

Tous nos lycées techniques et professionnelles, formant les futurs travailleurs, perdent des moyens : Fresnel qui a déjà perdu 20 % de son budget l'an dernier perd en 2014 1 % de son budget. Louis Armand perd 3 %, St-Lambert 5 %, Beaugrenelle 7 % et Brassai jusqu'à 14 %.

 

Pendant que Camille Sée, lycée général en difficulté accueillant plutôt des élèves de milieux populaires, perd 1 % de son budget, le lycée Buffon, qui accueille traditionnellement la bourgeoisie de l'arrondissement, va voir son budget augmenter de 10 % !

 

Si il y a peu de lycées « ZEP » à Paris (seulement 5), nous en avons un à la frontière du 14 ème et du 15 ème, Porte de Vanves et où on retrouve des milliers d'enfants des couches populaires de l'arrondissement : le lycée François Villon.

 

François Villon est lui aussi est concerné par la politique du gouvernement, la baisse des moyens : il va perdre 10 % des ses moyens en 2014.

 

Dans un lycée où il est déjà difficile d'étudier, d'enseigner, que l'on tente de réduire à un « lycée ghetto », cela va dire 5 à 6 élèves de plus par classe, impossible, nous méritons mieux que cette politique-là !

 

Nos revendications immédiates sont simples et crédibles :

 

  • établir un plafond de 25 élèves par classe en collège et 30 en lycée : ce qui demande de re-créer les 100 000 postes d'enseignants supprimés depuis dix ans ;

     

  • maintien des moyens supplémentaires accordés aux lycées « ZEP » : c'est le seul moyen pour les « ZEP » de rattraper les autres lycées ;

     

  • aucune baisse de budget pour nos lycées qui met en danger leur fonctionnement : et augmentation du budget des lycées qui en ont le plus besoin : lycées techno, pro, et généraux accueillant les élèves des milieux populaires ;

 

 

Solidarité avec les enseignants, lycéens grévistes des Hauts-de-Seine, à nous de créer une mobilisation ici à Paris à leur hauteur, nous avons les mêmes craintes, les mêmes revendications, la même politique en face à combattre.

Partager cet article

Commenter cet article