Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Jeunesse Communiste Paris 15

Solidarité avec Noam Gur et Alon Gurman, deux jeunes israéliens qui refusent d'accomplir leur service militaire: « Nous refusons de servir une armée d'occupation et d'apartheid »

14 Avril 2012 , Rédigé par JC Paris XV Publié dans #Solidarité internationale

gurman gurSolidarité avec Noam Gur et Alon Gurman, deux jeunes israéliens qui refusent d'accomplir leur service militaire

 

« Nous refusons de servir une armée d'occupation et d'apartheid »



Traduction AC pour http://jeunescommunistes-paris15.over-blog.com/ et http://solidarite-internationale-pcf.over-blog.net/



Noam Gur et Alon Gurman se présenteront, lundi 16 avril, au bureau de recrutement de la base militaire de Tel Hashomer, où ils vont affirmer leur refus de servir dans l'armée israélienne, tant qu'elle sera pouvoir occupant, et ils seront emprisonnés en raison de ce refus.



Dans sa déclaration expliquant son refus, Gurman écrit: « Mon refus de servir dans l'armée Israélienne, en plus d'être le refus de prendre part à l'occupation et à l'apartheid, est un acte de solidarité envers nos amis Palestiniens vivant sous domination Israélienne, et de lutte pour la liberté, la justice et l'égalité. » La jeune Noam Gur a justifié, elle, son refus ainsi : « Je refuse de rejoindre une armée qui, dès ses fondements, s'est engagée à dominer une autre nation, à piller et terroriser une population civile sous sa domination. »



Alon Gurman, 18 ans, originaire de Tel Aviv, n'avait aucun doute sur son enrôlement jusqu'à qu'il se rende pour la première fois en Cisjordanie. Durant sa dernière année de lycée, il a commencé à faire des lectures sur la lutte populaire Palestinienne.



« J'ai commencé à me rendre à des manifestations en pensant que certaines des politiques suivies n'allaient pas dans le bon sens, qu'elles pouvaient être changées, changées de l'intérieur, et donc j'ai commencé les procédures d'engagement dans l'armée comme on l'attendait de moi », déclare Gurman. « C'est seulement après m'être rendu pour la première fois dans les territoires occupés que j'ai réalisé que je ne pourrai jamais faire partie de l'armée. J'ai vu des démolitions de maisons ; j'ai vu des niveaux inimaginables de violence contre les protestations civiles, et tout cela au nom du colonialisme. J'ai été particulièrement traumatisé par mon arrestation lors d'une manifestation à Al-Walaja, juste au moment où nous nous dispersions. Les soldats avaient mon âge, on était de la même génération, et j'ai vu l'effet qu'avait le service sur eux. Vous ne pouvez pas avoir de conscience morale dans une situation immorale ». Ces derniers mois, Gurman a participé aux manifestations du Vendredi en Cisjordanie sur une base régulière, et lors de la récente escalade militaire à Gaza, il a organisé une manifestation à Tel-Aviv, avant et pendant laquelle il a reçu des menaces personnelles. Avoir été exposé à toute cette violence a renforcé sa décision, son refus de s'engager, mais c'est seulement après avoir entendu Noam Gur qu'il s'est persuadé à l'affirmer publiquement, à risquer la prison, et non seulement à esquiver dans le silence l'enrôlement.



Les amis et les sympathisants à la cause se joindront à Alon Gurman et Noam Gur à la base militaire, et rappelleront aux jeunes Israéliens qu'ils seront sur le point de rejoindre l'armée, que l'occupation des territoires Palestiniens continue, « et qu'il y en a qui s'opposent à cela, et que nous devons tous agir comme Noam et Alon et refuser de participer à l'oppression du peuple Palestinien ».

Partager cet article

Commenter cet article